Wandel cumule les prix avec son film sur le harcèlement à l’école

20/10/2021

« Un monde », le premier long métrage de la cinéaste belge Laura Wandel, vient d’être sacré meilleur premier film au BFI Festival de Londres, après avoir rencontré un succès critique et reçu le Prix FIPRESCI (fédération internationale de la presse cinématographique) de la section Un certain regard, à Cannes. Ce film nous plonge dans la cour de récréation d’une école primaire qui se transforme en enfer.

Le monde que décrit Laura Wandel, c’est celui d’une école primaire : un microcosme apparemment innocent et joyeux, à l’intérieur duquel adviennent pourtant les pires cruautés. Tourné en décors naturels à l’Athénée royal Andrée Thomas de Forest (Bruxelles), c’est une plongée immersive, à hauteur d’enfant, dans le monde de l’école.  A son entrée en primaire, Nora (Maya Vanderbeque), 7 ans, est confrontée au harcèlement dont son grand frère Abel (Günter Duret)  est victime.  Le récit la montre tiraillée entre son désir de prévenir leur père (Karim Leklou) afin de le protéger et la promesse de silence faite à son frère. Le film de Wandel crée une tension permanente, plaçant le spectateur dans le même inconfort que celui de Nora en sollicitant inévitablement les réminiscences de sa propre cour de récré, là où demeure peut-être l’enfant torturé ou cruel qu’il a été.

«Avec ce film, j’ai voulu mettre en scène la force et la résilience des enfants en renvoyant le spectateur à ce temps de l’école et aux premières confrontations avec l’autre.», confie la réalisatrice. Le film a également été primé à Guanajuato (Mexique), Ourense (Espagne) et Sarajevo (Bosnie Herzegovine).