Liège-Guillemins, une gare aux allures futuristes

05/01/2022

Cette gare doit son nom à l’emplacement de sa construction, sur l’ancien couvent Saint-Guillaume, également appelé les «Guillemins».

En 1987, naît l’idée d’intégrer Liège et Anvers dans le réseau à grande vitesse : Cologne, Londres, Bruxelles, Paris et Amsterdam; mais l’infrastructure existante ne répond plus aux exigences de confort, de sécurité, d'intermodalité, de vitesse et de multifonctionnalité. A l’issue d’un concours international, lancé en mai 1996, c’est l’ingénieur-architecte espagnol Santiago Calatrava qui l’emporte, au vu de ses réalisations prestigieuses précédentes, tant dans le domaine ferroviaire (la gare de Stadelhofen à Zurich, la gare de Lyon-Saint-Exupéry TGV et la gare d’Oriente à Lisbonne) qu’en matière de grands travaux de génie civil. Inaugurée le 18 septembre 2009, l’œuvre de l’architecte espagnol, essentiellement réalisée en béton blanc, consiste en un monumental dôme de verre et d’acier de 200 mètres de long qui couvre les voies et la nouvelle infrastructure. Cette gare est considérée comme une prouesse architecturale. Sa galerie centrale couverte accueille des magasins, des brasseries, un point d'informations touristiques et un guichet des transports urbains ou régionaux. C’est l'une des gares les plus fréquentées de Wallonie. Thalys, les trains ICE et les trains InterCity permettent de rejoindre très facilement l'Allemagne, la France, les Pays-Bas et le Luxembourg. En outre, il s'agit d'une des seules gares urbaines directement connectée à une autoroute, en Europe. Pour une visite virtuelle, regardez (Calatrava Train Station Liege on Roundme).